Bonus-malus écologique, les nouvelles règles du barême pour 2011, les nouveaux montants des primes

Le bonus-malus écologique est plutôt une bonne idée, il oriente les consommateurs vers les modèles qui rejettent le moins de CO2 en leur offrant une prime, et punit les automobilistes qui achètent les modèles qui rejettent le plus de CO2, en leur imposant une pénalité financière. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, les premières années d’existence de ce dispositif ont été favorables aux automobilistes, et ont représenté une charge de plusieurs centaines de millions d’euros au budget de l’état. On devine que corriger cela était la première motivation derrière la révision du barême et des primes pour 2011.

Voitures rejetant 60 g/km de CO2 ou moins :
Ces voitures reçoivent un bonus de 5000 euros. Problème, seules des voitures électriques sont aujourd’hui dans cette catégorie, comme la Citroën C-Zéro et la Peugeot Ion, et elles ne sont pas particulièrement abordables.

Voitures rejetant de 61 à 90 g/km de CO2 :
Ces voitures reçoivent un bonus de 800 euros. Peu de voitures sont qualifiées. La Toyota Prius hybride, ou la petite Smart diesel et la Volkswagen Polo BlueMotion.

Voitures rejetant de 91 à 110 g/km de CO2 :
Ces voitures reçoivent un bonus de 400 euros. C’est la tranche des petites voitures, et il y a beaucoup de choix. Depuis la Citroën C1 jusqu’à la Renault Twingo en passant par la Fiat Panda.

Voitures rejetant de 111 à 150 g/km de CO2 :
Ces voitures sont dans la zone neutre, elles ne reçoivent aucun bonus, mais ne sont pas plus assujetties au moindre malus. Ces autos sont les plus courantes, ce sont par exemple l’Audi A3, la Fiat Bravo, la Ford Focus, la Peugeot 308, la Renault Megane ou encore la Volkswagen Golf.

Voitures rejetant de 151 à 155 g/km de CO2 :
L’achat de ces voitures est soumis au paiement d’un malus de 200 euros. La tranche étant très étroite, seulement 5 g/km, peu de modèles sont concernés, mais on peut citer parmi eux le Ford C-Max.

Voitures rejetant de 156 à 190 g/km de CO2 :
L’achat de ces voitures est soumis au paiement d’un malus de 750 euros. On trouve là de belles voitures, notamment beaucoup de familiales avec des moteurs essence. Par exemple la Ford Mondeo, ou des monospaces diesel, comme le Renault Espace.

Voitures rejetant de 191 à 240 g/km de CO2 :
L’achat de ces voitures est soumis au paiement d’un malus de 1600 euros. On entre là sur le segment des très belles voitures, avec des mécaniques puissantes. Ce sont par exemple l’Audi Q5, ou la Mercedes SLK avec des moteurs 6 cylindres essence.

Voitures rejetant 241 g/km de CO2 ou plus :
L’achat de ces voitures est soumis au paiement d’un malus de 2600 euros. C’est l’aristocratie automobile, avec les plus beaux modèles. Les Ferrari ou les plus grosses Mercedes, et ce sont des autos dont il rarement question sur Auto Moins. Mais peut-être que du fait du gros malus, les constructeurs de ces modèles devront prochainement les vendre avec un gros rabais !

Tous les exemples donnés sur cette page, le sont à titre indicatif. La plupart des voitures existent avec plusieurs motorisations, et peuvent selon le cas recevoir un bonus, ou être dans la zone neutre, ou être soumise à un malus.

Ce contenu a été publié dans Conseils pratiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.